No Panication

Cirque – création 2020
Spectacle de Trapeze ballant – 40MN extérieur

Le public est invité à s’allonger sous le trapèze avec le ciel pour toile de fond. Les plus courageux pourront s’installer sans danger dans l’axe du ballant. Dans le silence, une femme se hisse sur le trapèze. Progressivement, le ballant prend de l’amplitude. Elle va toujours plus haut, plus loin, vous devrez bientôt bouger la tête pour suivre l’ensemble du mouvement. Là, vous avez une pensée pour les matchs de tennis que vous aimez regarder à la télé et c’est précisément à cet instant que le musicien et le conteur empêcheront votre imaginaire de divaguer dans le monde du sport et le ramèneront à celui du cirque. Celui du jeu avec la gravité, du risque et du rire. Dans ce spectacle, le cirque parle, la musique raconte et les mots tracent les contours. Nous invitons le public à prendre le large. Il n’y a qu’une seule classe : toutes et tous sur le pont et le ciel pour horizon. Ensemble, ils aspirent à créer un moment de calme et une expérience de cirque aux allures de sieste éveillée.

Déconnecter, accepter de ne plus rien faire et se laisser bercer par les oscillations du trapèze-sieste. Une guitare électrique, un portique de neuf mètres et quelques microphones pour un espace de détende insolite.

NO PANICATION est une séance méditative décalée qui saisit l’occasion de parler de cirque pour parler d’autres choses. Une pause circassienne aux allures de sieste éveillée.

artenreel1_NoPanication (5)
artenreel1_NoPanication (4)
artenreel1_NoPanication (3)
artenreel1_NoPanication (2)
artenreel1_NoPanication (1)

Mise en scène : Malik Imalous, Sandra Reichenberger, Léon Volet

Trapèze : Sandra Reinchenberger

Musique : Malik Imalous

Textes et voix : Léon Volet

Production : Artenréel#1

Co-production : Festival Passages – Metz, L’Espace Périphérique – Paris, Le PALC, Le PPCM, La Cascade, Le festival Eclat(s) de rue – Ville de Caen

Avec le soutien dse : L’Ecole National de Cirque de Châtellerault, Les Agrobatiques – La Ferme en Coton

Crédit photo : Raoul Gilibert, Martin Richard

SHARE