J’aime – Compagnie Lucie Warrant

J’aime est un spectacle qui tient dans nos paumes, et croit en la capacité du simple à bouleverser les cœurs.

J’aime, c’est l’histoire d’une femme qui révèle qui elle aime pour apprivoiser qui elle est, sa multiplicité, et y trouver sa force. Elle entre dans un espace où la parole peut se déployer. Un cabinet, une pièce à l’écart, là où le dire n’est pas contraint mais attendu et espéré, là où le dire travaille l’être. Sur la scène, peu d’éléments pour une infinité de combinaisons : ampoules soufflées, guindes, poulies, sol apparemment tangible alors qu’il n’est que de farine…

Équipe artistique

Adaptation, mise en scène et jeu : Laure WERCKMANN
Texte : Nane BEAUREGARD
Création lumière : Philippe BERTHOMÉ
Collaboration à la scénographie : Angeline CROISSANT
Création musicale : Olivier MELLANO
Collaboration à la mise en scène : Noémie ROSENBLATT
Régie générale et lumière : Virginie WATRINET
Collaboration aux costumes : Pauline KIEFFER
Construction : Éric MORELON
Préparation physique : Elya ZANIN
Stagiaire arts du spectacle : Sabrina CHEKIROU

Partenaires et production

Co-productions : TAPS – Théâtre actuel et public de Strasbourg / Théâtre de La Cité – CDN de Toulouse

Soutenu par : DRAC Grand Est / Conseil Régional / Ville de Strasbourg

Production : La compagnie Lucie Warrant / Artenréel#1

Remerciements

Villa des Illusions / Guy SAVOY / Festival Théâtre au jardin / Compagnie Facteurs Communs et Fred CACHEUX / Christian LACROIX / Cécile KRETSCHMAR

Présentation de la compagnie

La compagnie Lucie Warrant est née du désir d’une actrice, Laure WERCKMANN, de porter à la scène sa vue et d’en faire un geste théâtral singulier. Ainsi la compagnie Lucie Warrant explore la place de l’interprète comme sujet, garant et bâtisseur de l’espace scénique. 

La compagnie Lucie Warrant situe le travail de l’interprète comme celui d’un chercheur de « vrai ».  Le « vrai » de ce qui nous agite, de ce qui nous meut, de ce qui fonde notre désir. 

La compagnie Lucie Warrant pose comme hypothèse que le « vrai » se loge dans et entre. Dans les interstices, dans les espaces intermédiaires, dans les échos et les reflets. Entre le personnage et son interprète, entre le public et les acteurs, entre l’ombre et la lumière. 

La compagnie Lucie Warrant s’appuie sur la fiction et l’infime déformation du réel pour débusquer le « vrai ». 

 

Alors… La compagnie Lucie Warrant souhaite : 

Mettre au centre du plateau le sensible, porté par l’acteur, l’actrice.

Faire de ce qui affecte le corps et les sens, la mesure de la connaissance.

Transmettre cette vue courbe, inexacte, subjective, capable de témoigner du sujet par le sujet.

Rencontrer le public avec l’émotion comme véhicule.

SHARE

No Comments